Le prix de l’amande s’emballe.

Avec une augmentation de plus de 40% en quelques années, une production en baisse et une demande mondiale croissante, l’amande devient une denrée de plus en plus précieuse.

La hausse du prix de l'amande

Alors que sur le marché de l’amande, les pays producteurs Africains et Européens répondent principalement à la demande intérieure, les Etats Unis se taillent la part du lion tant dans le domaine de la production que de l’exportation avec 85% de la production mondiale. Malgré une augmentation constante des récoltes d’amandes sur les trente dernières années, la production ne suffit toujours pas à répondre à une demande sans cesse croissante et le prix du fruit à coque flambe.

Confiseries, nougats, chocolats, l’amande est aujourd’hui également grignotée sans transformation notamment par les pays émergeants comme la Chine et l’Inde dont les habitudes de consommation évoluent en même temps que le niveau de vie et pour qui le fruit représente une bonne alternative au problème du diabète.

Mais l’augmentation de la demande asiatique ne suffit pas à expliquer cette flambée du cours. En effet, La Californie doit faire face depuis 3 ans à un problème de sècheresse qualifiée d’extrême. Tandis que les rendements baissent, l’eau devient dans le même temps une denrée rare que les producteurs payent à prix d’or. Conséquence d’une culture intensive représentant 340 000 hectares, la combinatoire eau, pesticides et abeilles s’emballe.

Avec une récolte de 700 tonnes par an, alors que la consommation nationale représente 25 000 tonnes, l’amande française pourrait devenir un nouvel enjeu local. Revenir à la culture de l’amande française en redressant une production jusque là dominée par le marché mondial pourrait sembler une évidence. Même si certaine évidence peine à être mise en place.

Chocolaterie Chatillon.

Tags:, , , , , , ,

4 Commentaires

  1. avci 24 décembre 2015
    • Maghzaoui 12 janvier 2016
  2. Birkem 7 février 2016
  3. Robin Hook 18 mars 2016

Laisser un commentaire