TSO, une entreprise ancrée à l’Ouest

Créés en 1991, les Transports Surgelés de l’Ouest sont aujourd’hui une entreprise emblématique du Centre-Bretagne. Reconnue bien au-delà des limites de la région, l’entreprise de taille moyenne rivalise aujourd’hui avec des concurrents bien plus gros qu’elle, grâce à la qualité de ses prestations.

TSO - Transports Surgelés de l'Ouest

L’aventure commence donc il y a 23 ans, lorsque Michel Guilloré et une demi-douzaine de collègues décident de lancer leur entreprise de transport de marchandises surgelées à Carhaix. Aujourd’hui, la société a déménagé à Cléden-Poher et emploie 104 employés, dont 85 conducteurs, mais aussi des garagistes, des commerciaux et des employés de bureau. Au-delà de ses salariés propres, l’entreprise fait également travailler 35 personnes de manière indirecte grâce à la location d’une partie du site à des grossistes agro-alimentaires. Ceux-ci n’auraient pas pu s’installer en Centre-Bretagne sans TSO qui leur fournit des équipements répondant à l’ensemble des normes actuelles.

Le Centre-Ouest-Bretagne, terre d’opportunités

A l’origine, Michel Guilloré crée TSO pour se rapprocher de ses racines, revenir au pays pour y vivre et y travailler. « Donc j’ai créé mon propre emploi » se souvient-il. D’une localisation que certains disaient trop à l’ouest, sur un territoire qui se vide, TSO a fait un point fort. « C’est le positionnement géographique qui nous fait bosser, on est à équidistance des grandes villes, à 1h de partout ».
Ayant su démarcher à une échelle nationale, l’entreprise a étendu son champ d’activités bien au-delà des frontières de la Bretagne. Avec son siège à Cléden et un bureau (une agence à Bordeaux, l’entreprise transporte des marchandises sur tout le Grand-Ouest. Travaillant avec une multitude de clients, l’entreprise prend en charge les surgelés que l’on retrouvera dans les rayons des supermarchés de la grande distribution, ou encore dans les camions frigorifiques des vendeurs à domicile. Elle collabore aussi avec les industriels, leur apportant les denrées (tels que des carottes ou du poisson) nécessaires à la confection de leurs plats cuisinés. Au final, ce sont entre 800 et 1 000 palettes qui transitent par les quais de TSO en heure de pointe (entre 14h et 19h), sans compter l’activité de nuit et du matin.
« TSO est aujourd’hui connu et reconnu pour la qualité de son travail » affirme le directeur, « y compris par des entreprises bien plus grosses que nous ».

Faire appel au Groupement d’Employeurs pour élargir ses compétences internes

L’entreprise est désormais passée experte dans le domaine du transport de marchandises. Cependant, il arrive parfois qu’elle ait un besoin sur un métier qu’elle maitrise moins. Ainsi, la première fois que TSO a fait appel à l’association, elle cherchait des caristes mais ne possédait pas les compétences en interne pour recruter et former des personnes sur ce métier. Triskell a pu proposer à TSO des personnes qualifiées et compétentes. « Au début, c’était juste pour voir ». L’essai est transformé puisque désormais, le transporteur fait aussi appel au groupement pour embaucher une comptable.
Si TSO est une entreprise de taille moyenne avec plus de 100 salariés, Triskell a beaucoup à offrir aux artisans, commerçants et professions libérales, selon Michel Guilloré. L’association « peut proposer les services de secrétaires ou de comptables à des entreprises qui ont des besoins de personnel mais qui n’ont pas les fonds pour un CDI. Avec 5 artisans, on crée un CDI », rappelle le chef d’entreprise.

En savoir plus sur TSO et sur le Groupement d’employeurs Triskell.

Tags:, , , , , , ,

Laisser un commentaire